Appel du 8 mars 2019 : « omnisports pour elles ! »

Nous sommes des femmes, des femmes engagées dans le sport. Pas n’importe quel engagement : nous avons fait le choix de nous investir comme dirigeantes dans un club omnisports.

Cet engagement corrobore nos valeurs : au plus proche des gens, de leurs difficultés, de leurs demandes, de leurs besoins, de leurs aspirations ; au plus proche des territoires, des obstacles à lever, de leurs potentiels, de ce que le sport peut leur apporter ; au carrefour de la tradition disciplinaire et d’un espace global d’émancipation et de création, de développement individuel et collectif…

« L’omnisports », forme transversale pour proposer le sport sous tous ses aspects correspond aux demandes multiformes qui émergent aujourd’hui. Il s’adapte, se renouvelle et innove.

Nous lançons cet appel ce 8 mars, journée internationale des droits des femmes.

Notre but est bien sûr de toujours plus dénoncer et combattre les inégalités que les femmes continuent de subir dans le sport comme dans les autres secteurs de la société. Nous portons aussi que l’arrivée massive de pratiquantes féminines, la présence de femmes lors de spectacles sportifs, la place prise par des dirigeantes, comme nous, avec d’autres contraintes, d’autres visions aussi, ont fait évoluer la pratique sportive, le modèle associatif, le rapport au sport, les représentations dominantes.

Là réside une clé pour lutter contre toutes les discriminations. Ces femmes sont l’illustration que cela bouge dans le sport, que cela doit bouger encore, et qu’il faut que ces initiatives soient prises en compte à la hauteur du décalage qui existe entre les besoins et les réponses apportées.

Nous voulons ainsi témoigner, nous rassembler, dans nos diversités, et agir : il est grand temps de donner une place – ni aux dépends, ni en rivalité mais parmi ce qui existe et a fait ses preuves : le mouvement sportif institué, vertical, très masculin aussi- de donner une place donc, à ce sport transversal, multiforme, du quotidien et de la proximité. Il le mérite, il a besoin d’air, de moyens, de reconnaissance. Ses actrices, dont nous sommes, doivent être davantage entendues, écoutées, pour le sport et son avenir. Nous sommes disponibles pour y travailler.

Appel du 8 mars 2019 : "Omnisports pour elles !"

  

Nous sommes des femmes, des femmes engagées dans le sport. Pas n’importe quel engagement : nous avons fait le choix de nous investir comme dirigeantes dans un club omnisports.

Cet engagement corrobore nos valeurs : au plus proche des gens, de leurs difficultés, de leurs demandes, de leurs besoins, de leurs aspirations ; au plus proche des territoires, des obstacles à lever, de leurs potentiels, de ce que le sport peut leur apporter ; au carrefour de la tradition disciplinaire et d’un espace global d’émancipation et de création, de développement individuel et collectif...

« L’omnisports », forme transversale pour proposer le sport sous tous ses aspects correspond aux demandes multiformes qui émergent aujourd’hui. Il s’adapte, se renouvelle et innove.

Nous lançons cet appel ce 8 mars, journée internationale des droits des femmes.

Notre but est bien sûr de toujours plus dénoncer et combattre les inégalités que les femmes continuent de subir dans le sport comme dans les autres secteurs de la société. Nous portons aussi que l’arrivée massive de pratiquantes féminines, la présence de femmes lors de spectacles sportifs, la place prise par des dirigeantes, comme nous, avec d’autres contraintes, d’autres visions aussi, ont fait évoluer la pratique sportive, le modèle associatif, le rapport au sport, les représentations dominantes.

Là réside une clé pour lutter contre toutes les discriminations. Ces femmes sont l'illustration que cela bouge dans le sport, que cela doit bouger encore, et qu'il faut que ces initiatives soient prises en compte à la hauteur du décalage qui existe entre les besoins et les réponses apportées.

Nous voulons ainsi témoigner, nous rassembler, dans nos diversités, et agir : il est grand temps de donner une place – ni aux dépends, ni en rivalité mais parmi ce qui existe et a fait ses preuves : le mouvement sportif institué, vertical, très masculin aussi- de donner une place donc, à ce sport transversal, multiforme, du quotidien et de la proximité. Il le mérite, il a besoin d’air, de moyens, de reconnaissance. Ses actrices, dont nous sommes, doivent être davantage entendues, écoutées, pour le sport et son avenir. Nous sommes disponibles pour y travailler.

**votre signature**

Partager avec vos amis:

   

Sophie TARTARIN : témoignage

Avoir des responsabilités au sein d’une section sportive quand on est une femme ? C’est avoir du niveau sportivement parlant pour gagner une certaine crédibilité, du caractère pour être écoutée et ne pas se laisser influencer, et de la vigilance pour éviter les faux pas … C’est avancer, avec les nouveaux règlements et les nouvelles générations de joueurs, tout en gardant dans un coin de sa mémoire l’esprit originel du club (salut et respect aux anciens dirigeants). C’est aussi la possibilité d’amener au sport une dimension plus humaine et plus chaleureuse, où le fair play, l’esprit d’équipe et la combativité deviennent une vraie force.

Etat des lieux du sexisme en France, lutter contre une tolérance sociale

lire le rapport

Les auteurs et les autrices (iels) argumentent autour de quelques axes et font un certain nombre de recommandations qui méritent d’être débattues.

Les axes proposés sont : Mieux mesurer le sexisme, Faire reculer le sexisme en permettant de mieux le comprendre, Faire reculer le sexisme en condamnant mieux, Accompagner les victimes du sexisme, garantir une action publique exempte de tout sexisme en assumant un discours d’égalité porté au plus haut niveau de l’Etat.

Continuer la lecture de « Etat des lieux du sexisme en France, lutter contre une tolérance sociale »

Omnisports pour elles dans la newsletter du service des droits des femmes

OMNISPORTS – Afin de « toujours plus dénoncer et combattre les inégalités que les femmes continuent de subir dans le sport comme dans les autres secteurs de la société », un appel intitulé
Omnisports pour elles ! sera lancé officiellement le 8 mars prochain, lors d’un colloque à l’US Metro à Antony, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes. « L’arrivée massive de pratiquantes féminines, la présence de femmes lors de spectacles sportifs, la place prise par des dirigeantes, comme nous, avec d’autres contraintes, d’autres visions aussi, ont fait évoluer la pratique sportive, le modèle associatif, le rapport au sport, les représentations dominantes », écrivent les premières signataires, sportives, femmes engagées dans le sport, dirigeantes de clubs omnisports.

Newsletter du Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes

voir la newsletter

Un rendez-vous des femmes engagées en Ile de France…

Dans une région qui compte six millions de Franciliennes, les femmes occupent une place majeure. Elles parviennent à concilier travail, vie de famille, vie personnelle. Et parmi toutes ces femmes, certaines œuvrent pour faire bouger les choses et aider à construire une société plus juste, plus innovante, plus accessible… Pour leur rendre hommage, Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, a imaginé les Trophées elles de France . La première édition s’est déroulée le 14 novembre dernier au Musée du Quai Branly. Elle a décerné cinq prix : celui de l’innovation, celui de la création, celui de la solidarité, celui du courage et le prix Simone Veil.

voir le site

Estelle Martin : témoignage

« Depuis la venue de Véronique, il y a un nouvel élan de dynamisme. Elle est très à l’écoute des besoins de chacun et favorise grandement le travail en équipe ! » !

Estelle Martin, salarié de l’US Joigny !

Véronique Ribaucourt, présidente de L’U S Joigny: pourquoi j’ai signé l’appel…

J’ai signé cet appel car je suis la Première femme Présidente de ce club omnisports depuis sa création en 1942. Mon prédécesseur et le bureau du club ont souhaité ma venue à la tête de la présidence afin de résoudre des conflits nés au sein de l’association mais aussi et surtout pour apporter une nouvelle dynamique. ! !

De part mon engagement au sein de ce club Omnisports, j’ai conscience que la parité hommes/femmes au sein de nombreux secteurs de notre société, dont le milieu du sport, est encore inégale
aujourd’hui.!

Dénoncer et combattre les discriminations auxquelles nous, les femmes, faisons face de nos jours me tient particulièrement à coeur. C’est pourquoi je soutiens cet appel des femmes du 8 mars et
souhaite illustrer par ma présence que cela est entrain changer dans le sport . ! !

En 3 ans de présidence, j’ai résolu beaucoup de problèmes relationnels et fait naître de beaux projets, c’est un véritable tournant que prend notre club Omnisports. Je suis beaucoup plus dans la communication et l’échange avec autrui ce qui m’a permis de renouer des liens avec la Municipalité qui nous tournait le dos , de sortir de 2 litiges avec des salariés et maintenant de
fédérer l’ensemble des membres de notre club. ! !

Véronique Ribaucourt, présidente de L’Union Sportive de Joigny.!