L’institut du genre (CNRS)

Fondé en 2012 à l’initiative de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS, l’Institut du Genre est un Groupement d’Intérêt Scientifique qui réunit 30 partenaires institutionnels.

Hébergé par la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, l’Institut travaille en synergie avec cette dernière.

S’appuyant sur des UMR et des équipes explicitement engagées dans la recherche sur le genre, il constitue un lieu de coordination, de référence et d’accueil scientifique des recherches françaises sur le genre et les sexualités.

L’Institut du Genre a vocation :

  • à contribuer à la reconnaissance scientifique et à l’extension géographique de ces recherches en France
  • à donner, à la faveur de diverses actions de soutien, une visibilité internationale aux recherches menées en français dans ce domaine
  • à favoriser l’émergence de nouvelles formes de collaboration scientifique, y compris avec des partenaires étrangers
  • à encourager les recherches interdisciplinaires ou transversales à périmètres multiples, à l’intérieur des SHS mais aussi entre les SHS et les autres domaines scientifiques.

Voir le site de l’Institut du genre

Gros plan : Les femmes et les filles dans le sport ONU femmes

Le sport a le pouvoir de changer des vies. En enseignant aux femmes et aux filles le travail d’équipe, l’autonomie, la résilience et la confiance en soi, le sport est l’un des principaux moteurs de l’égalité des sexes. Les femmes dans le sport bravent les stéréotypes de genre et les normes sociales, offrent des exemples à suivre et font apparaître les hommes et les femmes de manière égale.

ONU Femmes rend hommage aux réussites remarquables et au potentiel inégalé des femmes et des filles dans le sport…. et appele également à agir pour remédier à des problèmes tels que l’inégalité salariale, la violence basée sur le genre et le manque d’investissements ciblés qui permettraient à davantage de femmes et de filles de faire carrière dans le sport.

Avec le soutien d’ONU Femmes, les femmes et les filles du monde entier font jeu égal, dans le sport et au-delà. Au Brésil et en Argentine, des filles acquièrent des compétences essentielles tout en pratiquant un sport, en Jordanie, des camps de football destinés aux filles aident à établir de meilleures relations entre les communautés locales et les réfugiés et, dans le Pacifique, un partenariat avec Oceania Rugby œuvre à mettre fin à la violence à l’égard des femmes.

Voir le site

F.F. Clubs Omnisports

http://www.ffco.org/

Naissance du GNCO

En octobre 1978, Marcel Draghi, alors président de l’A.C.B.B. de Boulogne-Billancourt, organisait dans son club un colloque sur les clubs omnisports avec l’aide de Monsieur Georges Gorce, Député-Maire de Boulogne Billancourt. De nombreux présidents de clubs vinrent y assister, et les débats qui eurent lieu mirent en évidence la spécificité des clubs omnisports et les problèmes rencontrés par ceux-ci.

Un besoin de s’unir et de se revoir pour débattre de nouveau se dégagea de ce colloque, et c’est ainsi que naquit le Groupement National des Clubs Omnisports (G.N.C.O.). Le G.N.C.O va alors pendant dix ans, de 1978 à 1988, rassembler un nombre croissant d’adhérents et s’imposer dans le sport français comme la voix des clubs omnisports.

du GNCO à la FFCO

Le nombre et la diversité de ses membres, petits et grands, prestigieux et peu connus, citadins et ruraux, lui permettra de s’exprimer au nom de tous. Le 19 novembre 1988, le GNCO décidait d’adapter ses structures à sa représentativité : son assemblée générale prenait la décision de le transformer en Fédération.
En 1989, le Maire de Mérignac, Monsieur Michel Sainte-Marie, mettait des locaux de sa ville à la disposition de la F.F.C.O. Le 14 octobre 1989, Monsieur Roger Bambuck, alors Ministre de la Jeunesse et des Sports, venait en Gironde inaugurer le siège de la Fédération. Agréée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, la FFCO ne cesse depuis 1989 de se développer. Elle a renforcé son rôle de porte-parole des clubs omnisports et a développé un service d’assistance aux clubs dans leur administration et gestion quotidienne.
Elle participe au collectif d’animation des Assises Nationales du Sport.

CREATION DU CoSMoS

En 1995, la F.F.C.O. devient membre associé du C.N.O.S.F.
En 1996, suite au premier colloque « Sport, Travail, Emploi » organisé par la FFCO à Nanterre, elle participe à la fondation du CoSMoS. Le secrétaire général de la FFCO, Jean Diméo, assumera pendant plusieurs années la présidence de cette organisation d’employeurs.

LA FORCE DE TOUT LE SPORT, LA FORCE DE TOUS LES SPORTS

En 2016, elle formalise l’ensemble des outils qu’elle propose au service des clubs dans un « kit du dirigeant ».
La F.F.C.O édite plusieurs ouvrages, autant de « Regards » sur le sport et l’olympisme…
Son projet fédéral, bâti autour de 4 piliers, est adopté à l’A.G. 2017. Il permet de mutualiser et fédérer les actions transversales en proximité des clubs adhérents pour donner de la lisibilité et défendre le fait omnisports dans une visée humaniste d’émancipation.
Elle participe à la fondation de la plateforme de coopération interfédérale ID Orizon.

women sports

https://www.womensports.fr/

Women Sports est une plateforme multimédia : magazine trimestriel imprimé à 30.000 exemplaires, site web, réseaux sociaux.

Women Sports est édité par
Sport & Sponsoring Media Group
16, avenue Hoche – 75008 Paris

FONDATEURS : BRUNO LALANDE, DAVID TOMASZEK, LORRAINE DELOISON, DAVID DONNELLY, DJEDJIGA KACHENOURA, PHILIPPE DARDELET

Directeur de la publication et rédacteur en chef : David Tomaszek