Décryptage du rapport de l’Académie française sur « La féminisation des noms de métiers et de fonctions »

Ce document propose deux types d’approches du rapport. Les quatre premières pages sont dévolues à une synthèse de ses grandes caractéristiques, les suivantes à un commentaire des quarante passages qu’il a paru nécessaire de décrypter. Le tout s’appuie sur (et fait parfois référence à) l’ouvrage L’Académie contre la langue française : le dossier « féminisation », dans lequel on trouve, outre des informations sur l’histoire de la maison (« Le Saint-Siège »), les raisons de ses colères (« Les offenses ») et la mise à plat de ses douze dogmes (« Les points de doctrine »), des documents reproduits in extenso : ses trois premières Déclarations (« Les bulles »), sept articles de francs-tireurs parus dans la grande presse (« Les exégèses ») et quatre adresses à des puissant·es (« Les suppliques »)1.

Généralités

Le rapport sur « La féminisation des noms de métiers et de fonctions », rendu public le 28 février 2019 et adopté le jour même en séance (à deux voix près), est un hapax dans l’histoire de l’Académie. Ordinairement muette, exceptée lorsque le masculin est en « péril », elle avait fait sur ce thème trois Déclarations (1984, 2002, 2017) et une Mise au point (2014). Par ailleurs, elle rompt ici partiellement – sans le dire – avec la politique linguistique qu’elle mène depuis sa création (1635), et qui a consisté à doter le genre masculin de pouvoirs toujours supérieurs à ceux du genre féminin. Le texte nie aussi l’activisme qu’a développé l’institution depuis une trentaine d’années pour entraver les évolutions que la langue connait, sous la pression conjuguée des évolutions sociales (montée continue des femmes dans les postes de pouvoir) et des signaux positifs envoyés par le pouvoir via des circulaires enregistrant cette avancée (1986, 1998, 2017).

Une demande expresse du pouvoir

L’Académie répond ici à une demande du pouvoir, dont tous les détails ne sont pas connus. On sait que le premier président de la Cour de Cassation, Bertrand Louvel, a adressé une lettre (datée du 20 avril 2017) à la secrétaire perpétuelle, Hélène Carrère d’Encausse, lui demandant de préciser si sa condamnation de l’usage des féminins dans la fonction publique, encore rappelée dans sa Mise au point d’octobre 2014, était toujours d’actualité. Cette condamnation va en effet à l’encontre des usages qui s’y sont répandus suite aux différentes circulaires gouvernementales invitant à user de féminins. « L’usage a-t-il suffisamment évolué depuis cette date, demandait le magistrat, pouvant amener l’Académie à infléchir aujourd’hui son point de vue ? »…

lire la suite du décryptage